l’évolution de l’utilisation et la fin de vie des réseaux de mobilophonie 2G et 3G

Question parlementaire

4. Dezember 2020

Question parlementaire de notre député Marc Hansen concernant l’évolution de l’utilisation et la fin de vie des réseaux de mobilophonie 2G et 3G à Monsieur le Ministre de la Communication et des Médias et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable.

 

A l’heure où les opérateurs commencent à installer de nouvelles antennes et à lancer leur réseau 5G, se pose la question de la fin de vie des réseaux 2G et 3G. En effet, il semble contre-indiqué, à la fois dans une logique commerciale et dans une logique de minimisation de l’empreinte environnementale ou de l’exposition aux rayonnements radioélectriques, de continuer à « empiler » toutes ces générations de réseaux et d’émetteurs.

Dans sa réponse à ma question parlementaire n°1607 du 13 décembre 2019, Monsieur Xavier Bettel, Ministre des Communications et des Médias, avait répondu concernant la fin de vie des réseaux de mobilophonie 2G et 3G, que le Gouvernement ne disposait pas encore d’une planification spécifique relative à l’arrêt de l’exploitation des réseaux 2G ou 3G suite à la mise en service des réseaux 5G et que les opérateurs seraient « contraints d’attendre l’introduction des technologies adaptées (…) qui permettront de basculer le trafic des communications vocales vers les réseaux de nouvelle génération (Voice over 5G) ainsi que l’existence d’une couverture équivalente aux couvertures 2G/3G actuelles avant de pouvoir libérer ce spectre ou de le réaffecter à une autre utilisation ». Il a également noté que la technologie 3G serait « probablement la première technologie à être abandonnée en faveur des technologies 4G ou 5G ».

En vérifiant les annonces afférentes d’opérateurs étrangers ou d’autorités nationales, force est de constater que d’autres pays sont déjà bien plus avancés dans la planification de l’arrêt d’exploitation des réseaux de 2G et de 3G. En Amérique du Nord (USA & Canada), AT&T avait déjà cessé d’exploiter son réseau 2G fin 2016, tandis que le dernier opérateur 2G nord-américain arrêterait son réseau au 31.12.2020. A cette même date débuteront aux Etats-Unis les arrêts des réseaux 3G avec l’arrêt final prévu fin 2022. En Asie, le Japon a arrêté la 2G en 2012, Taiwan et Singapour en 2017 et la Thaïlande en 2019, tandis que la Corée du Sud fermera son dernier réseau de 2G en juillet prochain. L’Australie a arrêté la 2G en 2018 et l’Afrique du Sud le fera fin de ce mois.

En Europe par contre, la préférence de la majorité des pays semble pencher vers un démantèlement prioritaire des réseaux 3G plutôt que 2G. Ainsi, la 3G sera déjà démantelée en 2021 au Danemark, en Norvège et chez nos voisins allemands et en 2025 en Suède, tandis qu’un arrêt partiel est prévu en Lituanie et en Lettonie dès 2022.

L’exception qui confirme la règle de la « priorité au 3G » seraient la Suisse, le Lichtenstein et les Pays-Bas. En Suisse et au Liechtenstein, l’opérateur Swisscom fermera déjà son réseau 2G fin 2020, imitant un autre opérateur qui l’avait déjà fermé en 2018. Au Pays-Bas, l’opérateur T-Mobile NL a annoncé la fermeture son réseau 2G au 1er juin 2021 pour la mobilophonie grand public et deux ans plus tard pour tous les autres services dépendant encore du réseau 2G.

En France, aucune date officielle n’a été annoncée, mais le PDG d’Orange – opérateur également actif au Luxembourg – a expliqué, dans une interview au journal Les Echos, qu’il est d’avis d’éteindre plutôt le réseau 2G et qu’on pourrait très bien envisager en Europe, d’ici à 2025, « l’extinction de la 2G, au moins pour le grand public ».

Toujours en France, un rapport d’information du Sénat de juin 2020, relative à la transition numérique écologique, recommande « d’engager une réflexion sur l’extinction des anciennes générations mobiles – 2G et 3G – toujours consommatrices d’électricité, bien que progressivement supplantées par les nouvelles générations 4G et 5G » afin d’améliorer « la sobriété des réseaux ». Enfin, interrogé le 1er juillet lors d’une table-ronde le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep),  a fait la déclaration suivante : « Concernant les choix technologiques, ne pouvons-nous pas éteindre la 2G et la 3G ? Oui. Je crois que c’est un sujet auquel nous devons nous atteler à travailler avec le gouvernement, l’Arcep et d’autres institutions ».

Dans ce contexte, je souhaite avoir les renseignements suivants de la part de Monsieur le Ministre des Médias et des Communications et de Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable :

 

  • Combien d’opérateurs exploitent actuellement un réseau 2G et/ou 3G ? Est-ce qu’il s’agit de réseaux physiques propres à l’opérateur respectif ou de réseaux/équipements partagés ?
  • Est-ce que toutes les licences pour l’exploitation de ces réseaux de 2G et de 3G furent attribuées initialement pour une durée de 15 ans, renouvelables par périodes de 5 ans ?
  • Quelles sont les prochaines échéances de reconduction pour chacune des licences de 2G et de 3G des opérateurs concernés?
  • Pour quelles raisons les réseaux 2G ne peuvent-ils pas encore être démantelés à court terme ? Quels sont actuellement les services (ou fonctionnalités) de télécommunication publics et privés qui restent dépendants de la technologie 2G ?
  • Quelle est l’évolution de l’utilisation, respectivement du nombre de connections au réseau et de la quantité de données transmises par les réseaux 2G au Luxembourg depuis 2010 ? Quelle est l’évolution au niveau des réseaux 3G ?
  • Les antennes passives des stations de base 2G et 3G émettent-elles en permanence leur rayonnement électromagnétique sur l’entièreté de l’aire de couverture, c’est-à-dire même en l’absence de communication, respectivement à l’inverse des antennes actives de dernière génération ?
  • Quelle est la puissance électrique cumulée des antennes 2G des stations de base installées/autorisées au Luxembourg ? Quelle est cette valeur pour les antennes des réseaux 3G luxembourgeois ?
  • Combien de kilowatts/heure d’électricité les réseaux 2G et les réseaux 3G consomment-ils annuellement au Luxembourg?
  • Quel est actuellement le taux de couverture des réseaux de téléphonie mobile de 2e, 3e et 4e génération au Luxembourg ?
  • Quel est le nombre d’antennes de téléphonie mobile actuellement installées au Luxembourg, ventilé par génération technologique ?
  • Considérant que ces vieux réseaux sont de moins en moins utilisés, qu’ils ont une faible efficacité énergétique et émettent en permanence des rayonnements électromagnétiques à l’inverse d’antennes plus modernes, est-ce que des réflexions sont actuellement menées au sein de l’État ou au sein des opérateurs pour l’élaboration d’un calendrier, soit de migration, soit d’arrêt à terme, des services et fonctions dépendants toujours des technologies 2G ou 3G afin de  pouvoir planifier de manière ordonnée la fin des réseaux 2G et/ou 3G ?
  • Est-ce qu’il ne serait pas opportun que le régulateur (ILR) lance – surtout face à l’arrivée de la 5G – une consultation des acteurs concernés au sujet de l’avenir, respectivement de la durée de vie restante des réseaux 2G et 3G au Luxembourg, notamment avec l’objectif de coordonner les éventuels plans de sortie de la 2G et de la 3G et de garantir une prévisibilité suffisante aux clients/utilisateurs publics, privés et commerciaux ?

Question parlementaire

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don