Les conditions d’admission au Bachelor en Médecine

Question parlementaire

6. Februar 2024

Question parlementaire de nos député-e-s Joëlle Welfring et François Bausch concernant les conditions d’admission au Bachelor en Médecine à Madame la Ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

Dans un article de presse du 3 janvier 2024[1], il est fait état de la situation d’un certain nombre d’élèves originaires de familles réfugiées arabophones qui termineront cette année leurs études secondaires au Luxembourg et qui voudraient entamer des études en médecine, mais qui probablement ne pourront pas s’inscrire à l’Université du Luxembourg en raison des critères linguistiques. En effet, les candidat.e.s au Bachelor en Médecine y doivent se prévaloir d’un niveau C1 en langue française et allemande. Malgré leurs efforts et le soutien apporté par divers acteurs de la société civile, il serait probable que les élèves susvisés ne seront pas en mesure d’atteindre ce niveau avant la fin du délai d’inscription. Il est à noter que, selon l’article susmentionné, l’allemand ne serait pas une langue véhiculaire dans le cadre du programme d’études en question. Toujours selon l’article, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche n’aurait jusqu’à présent pas donné de réponse aux demandes qui lui auraient été adressées au sujet des élèves en question.

Il est à noter qu’il existe, dans le cadre du Bachelor en Sciences de l’Éducation, la possibilité d’une admission conditionnelle qui permet aux candidat.e.s concernées de remédier à leurs déficiences dans une langue au cours de leurs études, tout en assurant que la validation du cycle d’études complet reste soumise à un rattrapage effectif.

Enfin, il est à noter que la loi du 23 août relative au vivre-ensemble interculturel compte parmi ses objectifs de lever les obstacles au vivre-ensemble au Luxembourg, pays défini dans la loi comme un pays marqué par la diversité des origines de ses habitant.e.s.

Au vu de ce qui précède, nous voudrions avoir les renseignements suivants de la part de Madame la Ministre :

  • Madame la Ministre est-elle d’accord que le cas de ces élèves illustre l’existence d’un risque de voir partir à l’étranger des candidat.e.s issu.e.s du système scolaire luxembourgeois et motivées pour les études en médecine, alors que la rétention de ces talents constitue une des raisons d’être d’une formation universitaire en médecine au Grand-Duché ?
  • La langue allemande fait-elle partie des langues véhiculaires dans le cadre du Bachelor en Médecine ? Dans la négative, pourquoi fait-elle partie des critères d’accès ?
  • Toujours dans la négative, Madame la Ministre considère-t-elle qu’il existe une contradiction avec les objectifs d’intégration de la loi susvisée sur le vivre-ensemble interculturel ?
  • Madame la Ministre entend-elle contacter l’Université du Luxembourg afin d’envisager des solutions éventuelles qui pourraient permettre aux élèves en question d’accéder aux études en médecine, par exemple une admission conditionnelle ?

[1] « Barrieren gegen die Integration », Luxemburger Wort du 03.01.2024.

 

Question parlementaire

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don