L’anticipation et l’évaluation d’événements météorologiques extrêmes

Question parlementaire

9. Juli 2024

Question parlementaire de nos député-e-s Meris Sehovic et Joëlle Welfring à Madame la Ministre de la Mobilité et des Travaux publics et à Monsieur le Premier ministre concernant l’anticipation et l’évaluation d’événements météorologiques extrêmes.

En date du 29 juin 2024, de fortes pluies et de violents orages ont frappé le Luxembourg, entraînant de forts dégâts à plusieurs endroits du pays.

Plus tôt dans la journée, la Cellule d’évaluation du risque intempéries (CERI) a émis un avis d’orages forts, avertissant la population que ceux-ci pourraient impacter l’ensemble du pays.

Afin d’avertir les habitant.e.s du Luxembourg par SMS LU-Alert en amont des intempéries, le Haut-Commissariat à la protection nationale (HCPN) a transféré un message d’alerte aux opérateurs de télécommunications à 17h29. Néanmoins, suite à une panne auprès d’un opérateur, de nombreuses personnes ont reçu l’avertissement avec retard.

En effet, depuis 2015, le Luxembourg dispose d’un Plan d’Intervention d’Urgence (PIU) en cas d’intempéries. Ce plan est déclenché lorsqu’un phénomène météorologique extrême (niveau de vigilance orange ou rouge) risque d’entraîner un dysfonctionnement majeur menaçant les intérêts vitaux ou les besoins essentiels de tout ou d’une partie du pays ou de la population.

Depuis les événements météorologiques extrêmes du 29 juin, plusieurs météorologues se sont exprimés dans la presse nationale ainsi que sur les réseaux sociaux au sujet de la possibilité (ou non) qu’une ou plusieurs tornades se soient produites lors des précitées intempéries, et semblent parvenir à des conclusions divergentes.

Par ailleurs, selon un article de presse concernant une étude sur la tornade du 9 août 2019, le HCPN aurait demandé à Meteolux de développer une méthode pour évaluer le risque potentiel d’une tornade au Luxembourg. Par ailleurs, depuis l’été 2019, les prévisionnistes de Meteolux auraient suivi des formations pour examiner en plus de détail certains critères comme le cisaillement du vent, l’hélicité et l’humidité.

Dans ce contexte, je me permets de poser les questions suivantes :

  • Quel est le bilan des mesures préventives et anticipatives prises par le gouvernement en vue de, et durant les intempéries du 29 juin 2024 ? Quels problèmes ont-été identifiées (notamment auprès des opérateurs de télécommunications), quelles leçons en ont-été tirées et quelles mesures seront mises en œuvre afin de combler les éventuelles lacunes ?
  • Comment est-ce que les mises en vigilance par Meteolux sont évaluées a posteriori ? Quelles méthodes sont appliquées pour l’évaluation et quelles observations météorologiques sont incluses dans l’évaluation ? Si la validation se base que sur des données de radar, Madame la Ministre ne jugerait-elle pas opportun d’inclure également des données météorologiques mesurées de l’ensemble du pays ?
  • Quelle est la conclusion de l’évaluation de la mise en vigilance du 29 juin ?
  • Quelle analyse a été effectuée par les autorités publiques afin de déterminer si une ou plusieurs tornades se sont produites au Luxembourg le 29 juin ? Est-ce que des agent.e.s se sont rendues sur place ou ont analysé des images du terrain des endroits concernés, et dans la négative, quelles en sont les raisons ?
  • Quelle est la méthode appliquée actuellement pour évaluer le risque potentiel d’une tornade au Luxembourg ? Existe-t-il un.e expert.e de tornades auprès de Meteolux et dans la négative, Madame la Ministre estime-t-elle nécessaire qu’une telle expertise soit acquise auprès de l’Administration ?
  • Comment la formation des prévisionnistes a-t-elle évoluée afin de mieux les préparer pour la prévision d’événements météorologiques extrêmes ? Est-ce que tou.te.s les prévisionnistes disposent de formations spécialisées à cet égard ?

Question parlementaire

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don