La décentralisation de l’offre à bas seuil pour toxicomanes

Question parlementaire

19. März 2021

Question parlementaire de notre député François Benoy à Madame la Ministre de la Santé au sujet de la décentralisation de l’offre à bas seuil pour toxicomanes.

La situation aux abords du centre de consommation de drogues Abrigado à Bonnevoie témoigne du manque d’offre adéquate à bas seuil pour les personnes toxicodépendantes. Les expert-e-s nationaux-ales et internation-aux-ales, ainsi que les acteurs sur le terrain sont d’accord qu’un renforcement et surtout une décentralisation de l’offre sur le territoire de la Ville de Luxembourg s’impose. Une telle décentralisation améliorerait la qualité de l’accueil des personnes toxicodépendantes et permettrait de désamorcer la situation explosive aux abords du centre de consommation.

Lors de sa réponse à ma question élargie N°69, Madame la Ministre a rappelé que le « Plan d’action national drogues illicites 2020-2024 », présenté le 12 octobre 2020, prévoit la décentralisation de l’offre à bas seuil pour toxicomanes sur le territoire de la Ville de Luxembourg. Il s’agirait d’optimiser l’offre de la structure Abrigado, notamment en délocalisant la salle d’inhalation supervisée et le foyer de nuit vers d’autres sites situés sur le territoire de la Ville.

Dans un communiqué faisant suite à une récente entrevue entre le Ministère de la Santé et la Ville de Luxembourg, les deux partenaires se disaient d’accord qu’il est opportun de mener des réflexions sur une potentielle délocalisation du centre d’accueil pour toxicomanes Abrigado et de mettre en place une nouvelle structure destinée exclusivement aux femmes toxicomanes (Communiqué commun du 5 mars 2021).

Dans ce contexte, j’aimerais demander les renseignements suivants à Madame la Ministre :

  • Quelles étaient les conclusions concrètes de l’entrevue du 4 mars 2021 entre le Ministère de la Santé et la Ville de Luxembourg ?
  • Quels engagements sont pris par les partenaires respectifs notamment en ce qui concerne la création d’une nouvelle structure destinée exclusivement aux femmes toxicomanes ou encore la délocalisation de la salle d’inhalation supervisée et en termes de projets dans le domaine du « Housing First » ?
  • Quel échéancier a été retenu entre les deux partenaires en ce qui concerne les mesures de décentralisation et de délocalisation des différents services actuellement offerts par le centre d’accueil pour toxicomanes Abrigado ?
  • Quelles sont les prochaines étapes dans la mise en œuvre du « Plan d’action national drogues illicites 2020-2024 » ?

Question parlementaire

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don