La récolte de 2020 et le lessivage des nitrates

Réponse QP

28. Oktober 2020

Question parlementaire de notre député François Benoy à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable concernant la récolte de 2020 et le lessivage des nitrates.

Avec une perte moyenne de 20 à 30 % pour les cultures céréalières, la récolte de l’année 2020, le « Karschnatz », était une déception pour le secteur agricole. En ce qui concerne les verdures ainsi que la paille, les pertes enregistrées pourraient créer des problèmes pour alimenter le bétail en hiver. Les précipitations en automne et en hiver 2019, suivies par de fortes sécheresses au printemps et en été 2020 ont eu un impact négatif sur la croissance des cultures.

Dans ce contexte, je me permets de demander les renseignements suivants :

  • Quel pourcentage des céréales récoltées est utilisé pour l’alimentation humaine respectivement l’alimentation du bétail ? Comment ces proportions ont-elles évolué au cours des dix dernières années ? Monsieur le Ministre pourrait-il ventiler les données par cultures de céréales ? Quelle est la situation du maïs à cet égard?

 Les phénomènes météorologiques précités liés au changement climatique peuvent également avoir des répercussions négatives sur le lessivage des nitrates du sol. En effet, le lessivage des nitrates issus de l’agriculture est un phénomène qui se produit quand l’azote minéralisé est lessivé dans la nappe phréatique par les pluies drainantes de l’automne et de l’hiver. De manière générale, en printemps et en été, l’évapotranspiration du sol et des cultures limite le risque du lessivage. Durant des périodes de sécheresse, l’absorption d’azote par les cultures est diminuée et plus d’azote peut demeurer voire s’accumuler dans les sols. Lors de pluies drainantes, les nitrates peuvent être lessivés dans la nappe phréatique et entraîner une pollution des eaux.

  • Madame la Ministre et Monsieur le Ministre peuvent-ils confirmer que le risque de lessivage des nitrates en automne accroît avec les périodes de sécheresse en été ? Quelle est l’ampleur actuelle de la problématique et deviendra-t-elle plus grande avec les effets du changement climatique ? Le cas échéant, quelles mesures sont prévues afin d’endiguer le problème ? Dans ce contexte, quelles sont les limites d’utilisation de cultures intermittentes ?
  • Comment les teneurs des sols en azote minéral ont-elles évolué au fil des dix dernières années et quels sont les facteurs déclenchant les éventuelles fluctuations ? Les teneurs ont-elles évolué suivant les cultures et notamment au niveau du maïs ? Observe-t-on des changements en teneurs résiduelles à la fin des récoltes ?
  • Existe-t-il des différences entre les cultures céréalières quant à leur potentiel d’absorber l’azote minéralisé, notamment en phase de sécheresse ? Quelles sont ces différences le cas échant ? Quelles sont les différences entre les cultures céréalières et les cultures sarclées (maïs) à cet égard ? Est-ce que les pertes par lessivage sont plus fréquentes pour certaines cultures ?
  • De quelle manière la problématique du lessivage des nitrates peut-elle être mise en relation avec la production de lait et de viande ?

 

Question parlementaire

Réponse

All d'Aktualitéit

Gitt Member

Schreift Iech an

Ënnerstëtzt eis

Maacht en don